Choisir des destinations pour un an

C'est quand qu'on va où?

(Salut, Renaud Séchan!)

Passionnée de voyages et de découvertes, il y a tellement d’endroits que je rêve d’explorer. Ma bucket list est infinie! Alors réfléchir à un plan d’itinéraire pour un an, c’était vraiment excitant.

Il a fallu faire des choix (pas toujours faciles) et pour y parvenir, j’ai considéré plusieurs aspects : la météo, les coûts, la sécurité, sans oublier mes envies profondes et tout cela en respectant l’idée de départ de voyager lentement.

Señor météo

Un des premiers facteurs que j’ai considéré, c’est la météo. Il pourrait être chiant d’aller en Inde en pleine mousson, par exemple, ou en Thaïlande quand la chaleur devient insoutenable, ou au Népal quand il fait trop froid. Pour m’y retrouver, j’ai créé un calendrier où j’ai placé toutes les destinations envisagées avec des indications telles que « typhon », « torride » ou « idéal ». Ça m’a aidée à déterminer un itinéraire par la suite. Je joins le document (liste #1!), si vous êtes curieux: Calendrier tourisme

Les coûts

Europe vs Asie du Sud-Est, on ne parle pas du même budget! Et si je ne souffre pas d’insécurité financière, être endettée me donne de l’urticaire et je ne veux surtout pas revenir après un an avec une dette magistrale. Alors j’ai conçu une grille Excel qui me permet de tester différents scénarios d’itinéraire pour valider leur faisabilité économique. Et comme je ne suis pas excessive du tout, je n’ai testé que 80 scénarios différents! 🙂

La grille tient compte de ceci:

  1. Les économies de base accumulées

  2. Les revenus

  3. Un per diem pour chaque destination (hébergement/nourriture)

  4. Les frais de transport

  5. Autres dépenses

Pour éviter les mauvaises surprises, j’ai fait exprès de sous-estimer les revenus et surestimer les dépenses.

Les revenus?

Oui, les revenus. Mon employeur permet qu’après 7 ans de services on prenne un congé sans solde (étrangement, peu de gens le font). Et ce sans solde, on peut l’absorber sur plusieurs années à même notre salaire. J’ai choisi de l’étaler sur 3 ans, ce qui fait que pendant 2 ans, on m’aura retiré un tiers de mon salaire pour me le reverser ensuite pendant mon congé.

Les per diem

Pour déterminer un per diem par destination, j’ai consulté le site du Routard. Pour ce qui est de l’hébergement, j’ai pris le montant central de leur catégorie moyenne (alors qu’en réalité j’opterai presque toujours pour l’hébergement le plus économique) et pour la nourriture, j’ai pris le montant de base de leur catégorie moyenne (alors qu’en réalité, j’adore manger dans les petites gargotes de rues). J’ai additionné les 2 montants pour établir mon per diem.

Frais de transport

On le sait, les frais de transport (surtout l’avion) constituent une grosse part de notre budget lors d’un voyage, ce qui a eu un impact majeur dans l’élaboration de mon itinéraire. Dans ma grille, pour déterminer le prix des billets d’avion, j’ai toujours recherché des vols sur Expedia, choisi des départs les samedis (généralement plus chers) et arrondi le montant à la hausse.

Pour les autres types de transport (bus, train, ferry), j’ai consulté le site Rome2Rio.com. On y indique tous les moyens possibles de passer du point A au point B et à quels prix. Coup de cœur pour ce site.

Autres dépenses

Par exemple, je sais que pour visiter Angkor Wat au Cambodge, ça coûte tant, alors je l’indique dans ma grille.

La grille

Pour vous donner une idée, je joins une grille factice qui teste 2 scénarios, admettons que les économies de base seraient de 6000 $ (si seulement!) et que les paies seraient de 1000 $ (si seulement!). Budget quotidien sabbatique_Exemple

La sécurité

Pour différentes raisons liées à la sécurité, j’ai dû éliminer par défaut certaines destinations. Mauvais timing pour la Syrie, mettons, et c’est clair que je ne retournerais pas à Istanbul ces temps-ci (quelle tristesse!).

J’ai aussi tiré un trait sur toutes les destinations où je ne me sentais pas à l’aise de partir seule en tant que femme.

Le choix le plus difficile, ça a été d’éliminer l’Afrique du Sud pour cette fois. Je voulais arriver à Durban, longer la côte sud jusqu’au Cap, puis remonter vers le nord pour voir le Namaqualand en fleurs au mois d’août (Google Images moi ça). J’ai choké (Pok! Pok! Pok!)…

Le cœur a ses raisons

Au bout du compte, c’est mon cœur qui a été le plus déterminant dans l’équation.

Par exemple, je tiens à passer beaucoup de temps au Vietnam et comme les mois d’avril-mai me semblent parfaits, j’ai articulé mon itinéraire en fonction de ça.

Aussi, je tiens absolument à revoir l’Himalaya. C’est pour ça que je vais au Népal (et pour me rafraîchir, en prime).

Je voulais aussi une destination relaxe où m’installer quelques mois. J’ai envisagé le Costa Rica, puis j’ai opté pour l’Indonésie.

Le trio Laos, Cambodge et Thaïlande est aussi trippant qu’économique. Je ne sais pas encore si je visiterai les 3 pays (je ne m’attarderai probablement pas en Thaïlande), mais c’est le Laos qui m’attire le plus. À suivre.

L’Inde me fascine toujours autant et j’ai hâte d’y retourner. Le Kerala a l’air à couper le souffle et Goa me semble un bel endroit pour passer les Fêtes (il risque d’y avoir de l’ambiance). Je pense faire un tour par Agra pour voir le Taj Mahal, aussi, parce que je n’y suis pas allée les 2 autres fois que je suis allée en Inde.

Singapour est attirante avec ses allures futuristes. Et comme mon vol fait escale à San Francisco, l’occasion est trop belle de ne pas y passer quelques jours (crache le cash!, mais comme je me suis trouvé un petit dortoir à 20$/la nuit à Singapour alors que cette ville est aussi l’une des plus chères du monde, ça équilibre).

Et finalement... Surprises!

En plus de San Francisco qui n'était pas du tout prévue au programme, le choix de l’Indonésie a mené à une autre surprise, une destination que je n’avais pas du tout envisagée avant : l’Australie. Étant donné que le visa indonésien ne permet pas d’y rester plus de 60 jours et que je veux y passer 3 mois, il faut que je sorte du pays pour y revenir. Alors j’ai étudié la carte du monde et je me suis dit que l’Australie est beaucoup trop proche pour que je passe à côté de l’occasion d’y débarquer. Je vais y passer 3 semaines. C’est une fantaisie qui fait un trou dans mon budget : tant pis.

Pour apprendre par quoi j'ai commencé mes préparatifs de sabbatique:

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de