La folle aux listes (partie 2)

Organisation 101

Je l’ai déjà dit, je suis la folle aux listes! Pour m’aider à y voir clair et pour ne rien oublier d’important dans mes préparatifs, j’ai conçu plusieurs listes que j’ai alimentées au fil de mes lectures et des pop-ups de ma cervelle. Dans cet article-ci, je parlerai de ma liste de choses à faire.

Pour lire mon article précédent à propos de ma liste de bagages:  

Ma liste toudou

Une autre de mes listes en constante évolution, c’est celle de toutes les choses à faire avant le départ. Et il y en a quelques-unes!  En voici quelques exemples.

Ça déménage!

En partant, il y a mon déménagement à organiser.

Donc : opération Kijiji, entreposage de quelques boîtes chez mon oncle (Merci, Marc! xxx), porter des boîtes de trucs à des organismes charitables, changements d’adresse vers chez ma mère, organiser l’installation de mon poilu dans son foyer d’accueil, annuler mon Internet, mon compte de cellulaire et ma carte Opus pour le transport en commun... Bref, on connaît la chanson.

À ma santé!

Passer par une clinique du voyageur avant de partir en Asie, c’est un passage obligé. J’y suis allée début avril et voici la liste de mes vaccins reçus et médicaments prescrits/recommandés (et les prix, pour donner une idée) :

  • Consultation et prescription : 42 $

  • Hépatites A et B (vaccin en 3 doses valide 20 ans et il me manquait la 3e) : 90 $ la dose

  • Fièvre typhoïde (vaccin oral valide 7 ans) : 65 $

  • Tétanos, diphtérie, coqueluche (vaccin en rappel) : gratuit

  • Malaria (auto-traitement choc en 12 comprimés en cas de symptômes) : 50 $ + crème anti-moustiques Watkins avec DEET 30 % (10 $)

  • Diarrhée sévère (plus de 3 jours, avec fièvre/saignements) : prescription de 2 types d’antibiotiques + sels de réhydratation (les antibio étaient couverts par mon assurance et je n’ai pas encore acheté le Gastrolyte)

  • Diarrhée classique du voyageur : capsules de charbon végétal activé (produit naturel, 10 $)

Autre passage obligé : contracter une assurance-voyage. Cela coûte cher (surtout pour un an) et ça fait chier, mais on ne peut juste pas niaiser avec cela. Et puis ça me permet d’agacer ma mère en lui disant : « Fais-toi en pas, m’man. S’il m’arrive quelque chose, ils vont rapatrier ma dépouille! »

Aussi, j’ai pris rendez-vous avec mon médecin de famille pour passer quelques examens annuels de routine avant le départ. J’en ai profité pour renouveler toutes mes prescriptions et pour me faire prescrire du Plan B en cas de bad luck à l’étranger (Too much information? Peut-être, mais bon, cela fait partie de ma réalité).

Une chose de plus à penser si on est Québécois et qu’on quitte le pays plus de 183 jours : se mettre en règle avec la RAMQ. La procédure a été simple cette fois-ci parce que ce sera la première fois que je quitterai le pays aussi longtemps et que la RAMQ permet qu’on le fasse sans pénalité une fois dans sa vie. Cela s’est passé comme cela : j’ai parlé au téléphone avec un type de la RAMQ, il m’a transmis un formulaire à compléter avec mes dates de départ et retour, j’ai retourné le formulaire par la poste, puis, quelques temps après, j’ai reçu une décision de la RAMQ m’autorisant à quitter le pays sans pénalité.

J'aime mon banquier

Avant de partir aussi longtemps, il y avait aussi quelques aspects financiers à prévoir. Comme organiser mes affaires pour mon rapport d’impôt 2017, par exemple. Ou comme remettre à ma mère 1 ou 2 chèques en blanc (juste au cas où).

Pour ce qui touche mes trucs bancaires, c’est mon amie Édith qui sera mon alliée là-dedans. Parce qu’étant donné que je serai toujours sur le wifi public, ce serait risqué d’aller moi-même sur le site de ma banque en ligne. Je vais donc programmer des paiements et prélèvements automatiques et, si des changements doivent être faits, Édith les fera en ligne pour moi. Également, on a convenu qu’elle me mettrait au courant de ma situation financière à toutes les 2 semaines, en mettant à jour une grille de suivis Excel que j’ai préparée à cette fin. (Merci d’avoir accepté d’être ma grande argentière pour un an et pour tes bons conseils, Édith! Je t’aime, ma beauté! xxx)

Aussi, je veux partir avec quelques devises étrangères en poche. D’abord, des dollars américains. Il m’en faut pas mal, pour plusieurs raisons : pour mes dépenses à San Francisco, pour payer certains passages de douanes et visas + un montant que je garderai caché en cas d’urgence. Aussi, je prendrai quelques dollars singapouriens et quelques dollars australiens.

Paperasserie

En plus du passeport, il me faut obtenir d’autres documents. Par exemple, je veux obtenir mon permis de conduire international.

Les visas

Plusieurs pays de mon itinéraire exigent un visa de touriste. Parfois, c’est une formalité qu’on peut accomplir à l’arrivée à l’aéroport. C’est le cas du Népal, par exemple. On paye son visa en arrivant aux douanes (25 USD). Il faut simplement fournir 2 photos-passeport. Pour être prête dans ces cas-là, je vais donc prévoir quelques photos-passeport en extra dans mes bagages.

Le visa le plus simple à obtenir a été celui de l’Australie. Un citoyen canadien qui souhaite aller en Australie n’a qu’à compléter le formulaire en ligne et payer les quelques 20 dollars australiens demandés et c’est mission accomplie. Même pas besoin d’imprimer quoi que ce soit. Les douaniers de là-bas verront apparaître mon visa électronique (valide un an) en scannant mon passeport.

À l’opposé, mes visas les plus compliqués à obtenir sont pour l’Indonésie et l’Inde. En fait ce serait simple si je voulais y rester moins de 30 jours. Mais dans les deux cas, j’y passerai autour de 3 mois, avec entrées multiples. Il faut donc que je me tape tout le processus qui demande d’envoyer à l’ambassade mon passeport avec un formulaire et les frais. Pour l’Inde, cela se fait à Montréal et je peux aller déposer ma demande et chercher mon visa directement. Pour l’Indonésie, le bureau se trouve à Ottawa. Alors il faut que j’envoie mon passeport et ma demande par la poste. Pour ajouter à mon stress, je dois déposer ma demande de visa indonésien à maximum 30 jours du départ. Comme j’arrive à Jakarta le 4 juillet, je ne peux donc pas entamer ma démarche avant le 4 juin, soit juste 20 jours avant que je parte!!! STRESS… J’envisage donc une petite virée dans la capitale canayenne pour aller chercher tout ça dès que c’est prêt (pour pouvoir ensuite recommencer à dormir, mon passeport en main).

Aussi, je dois faire des copies de tous mes documents importants : assurances, cartes de crédit/débit, passeport, visas. Je garderai une copie de sûreté avec moi (quelques-unes, pour ce qui est de mon passeport) et j’en remettrai une à ma mère. Je vais aussi numériser le tout.

Question de timing

Non seulement y a-t-il tellement d’affaires à faire, mais certaines de celles-ci doivent être faites à un moment précis. C’est pour ça que j’ai organisé ma liste toudou en un ordre chronologique.

Et au fur et à mesure que mes tâches sont accomplies, je les biffe. Pour voir une version épurée de cette liste, c'est par ici: Chronologie toudou.

Voilà pour ma liste des choses à faire. Dans le prochain article: ma liste fourre-tout et un résumé de mes différentes listes.

Pour lire sur ma liste fourre-tout et pour un résumé des outils de la folle aux listes:

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de