Ma fiche de départ pour… Singapour!

Fiche de départ - Singapour

Quand : 5 jours, du 29 juin au 4 juillet 2017

Préparatifs spécifiques:

Capsule et bidous

Singapour est considérée comme étant l’une des villes les plus chères au monde. Mon premier soucis a donc été de trouver à me loger sans que cela me coûte la peau des fesses. On recommande d’ailleurs aux voyageurs à petit budget de réserver leur hébergement d’avance. C’est pour cela que sitôt mon vol booké, je me suis mise à la recherche d’un bon plan. Et j’ai réservé, dans une auberge de jeunesse, un de ces dortoirs de style « capsules » pour vraiment pas cher. Ce sera ma première expérience dans ce genre de dortoir. Et bizarrement, j’ai comme vraiment hâte!

Par contre, j’ai lu à plusieurs reprises au fil de mes recherches qu’il est préférable de donner l’adresse d’un hôtel chic sur notre formulaire des douanes à l’arrivée (j’en ai noté une). Apparemment, le routard aux poches trouées n’est pas le touriste cible du pays...

D’ailleurs, on dit qu’il faut parfois fournir aux douanes, à l’arrivée, non seulement une preuve de son départ imminent, mais aussi la preuve qu’on a suffisamment d’argent (ou crédit) pour la durée du séjour. Je vais donc prendre quelques dollars singapouriens avant le départ, juste au cas où je tomberais sur un douanier pointilleux.

The usual suspects

Fidèle à mes habitudes, j’ai colligé des informations pratiques et culturelles sur ma destination, même si je ne fais qu’y passer quelques jours.

J’ai lu un petit guide touristique (je ne sais plus lequel).

J’ai rédigé mon guide de vadrouille personnalisé pour Singapour (pour lire là-dessus, cliquer ici).

Sur la carte de la ville de l’application CityMaps2Go, j’ai indiqué:

  • l’adresse de mon auberge de jeunesse

  • la station de métro la plus proche de mon gîte (MRT Lavender)

  • le trajet de métro depuis l’aéroport jusqu’à mon lieu d’hébergement

  • tous les spots qui m’intéressent

Littérature et cinéma :

Je le répète, j’aime beaucoup lire des auteurs provenant des lieux que je visite (ou des livres s’y déroulant). Même chose pour les films. Avant de partir ou sur place, c’est un exercice qui permet de mieux comprendre la culture, la façon de penser, les enjeux du pays, les préoccupations sociales... Et après la visite, cela permet de se replonger dans l’atmosphère des lieux.

Livres

J’ai lu un recueil de nouvelles (pas si mal), Nouvelles de Singapour, un collectif d’auteurs singapouriens : Alfian bin Sa'at, Catherine Lim, Wena Poon, Kirpal Singh, Tan Mei Ching, Thean Soo Lim.

Films

Aussi, j’aurais voulu voir un film ou deux qui s’y passent, mais je n’ai rien trouvé en streaming sur le Web. J’ai dû me contenter de quelques bandes-annonces. Par contre, j’ai visionné quelques documentaires sur YouTube. Plutôt troublants, je dois dire…

L’un d’eux avait pour titre « Singapour : paradis sécuritaire? » (7 min. 36)  Il est vrai que Singapour a la réputation d’être hyper-sécuritaire. Ce court film se penche sur la question. Je ne m’attarderai pas plus longtemps sur le sujet mais bref… Big Brother nous regarde et la moindre incartade à la loi ou au règlement (comme de jeter une gomme ou un détritus par terre) sera démasquée et punie. Alors passons le mot au maire Coderre : s’il passe par là, il peut continuer à marcher et à mâcher de la gomme en même temps, mais s’il jette son chwing par terre, c’est l’amende!

Apparemment, ça ne rigole pas : caméras de surveillance dans le moindre racoin, patrouilles de citoyens, liberté d’accès aux courriels et appels (etc.) de la population par l’État (ça vous sonne une cloche?)… Et tout le monde dans ce film a l’air de trouver que c’est tout à fait normal et même souhaitable (vraiment?). Bien sûr, je ne prends pas pour acquis que ce qui est dit dans ce film est la vérité. Tout de même, ça laisse perplexe. (Coudonc, pour une fille qui disait ne pas vouloir s’attarder sur le sujet, c’est vraiment raté!)

J’ai aussi vu « Singapour, ville la plus agréable au monde » (36 min 57). En gros, on a interviewé des expatriés français plein de cash qui trouvent ça donc bien chouette de pouvoir passer en quelques pas de leurs condos de luxe avec vues spectaculaires sur les buildings de la ville, pour se retrouver dans la nature ou sur la plage, le tout en ne payant pas trop d’impôt et en accumulant des fortunes colossales. Pfffffff.

N’empêche, ce film est intéressant pour ce qu’il nous dit sur cette ville-État résolument tournée vers l’avenir (architecture ultramoderne, recherche de l’innovation en la matière) et en quête de réussite et de dépassement (importance d’atteindre les meilleurs résultats scolaires, compétitivité, élitisme, prospérité en constante progression – 1 habitant sur 5 serait millionnaire –, recherche du rayonnement international et de l'augmentation du tourisme). Bref, voilà pour le propos de ce film. Pour le reste, à chacun sa définition de « ville la plus agréable au monde ».

Itinéraire et plan de match:

Au programme: bouillon de cultures malaise, indienne et chinoise, bonne bouffe, nature et architecture futuriste.

Je n’ai pas d’itinéraire prévu. Tout ce qu’il me tente de voir/faire/manger est noté sur mon plan de ville, alors je vais y aller chaque jour au feeling. Ce qui est sûr, c’est que je vais en marcher un coup! Parce que j’ai dans ma mire :

  • le jardin botanique (je suis très fan des jardins botaniques)

  • les Southern Ridges, des passerelles aériennes avec vues sur la ville et l’océan qui s’étendent sur des kilomètres

  • les Gardens by the Bay (oui, encore des jardins, mais qui semblent sortis d’une planète magique!)

  • des balades dans les quartiers Little India, Kapong Glam, Chinatown, Katong, Colonial District, les quais et Marina Bay 

Et je me promets bien d’écluser un Singapore sling (je sais, quel cliché!) et de goûter quelques spécialités culinaires, comme le crabe au poivre (miam).

Per diem (hébergement + nourriture) :

Comme je l’ai dit, la ville est réputée très chère, alors à la base, j’avais prévu un per diem très élevé (selon mes standards de vadrouilleuse fauchée et si on compare avec les pays d’Asie du Sud-Est, on s’entend) à 115 $. Par contre, comme j’ai trouvé à me loger pour des pinotes (18 $/nuit), je vais essayer de m’en sortir avec la moitié du budget prévu, mais tout inclus : gîte, bouffe, activités, transport et tout. Et ça devrait même me permettre de me gâter un peu. Enfin, à suivre…

Mes attentes :

Suer ma vie et avoir un perpétuel look afro!

Vraiment bien manger.

Lutter contre des envies de magasinage (Isa, c’est non!).

Rester bouche-bée devant les Gardens by the Bay illuminés le soir (et avaler des mouches).

Être titillée par des envies de laisser tomber un petit truc au sol juste pour tester Big Brother (Isa, c’est NON!!!). 😉

Je m’attends aussi à ce que l’ambiance ne soit pas top. Singapour est un endroit réputé plus pour son côté autoritaire et carré que pour son gros fun noir.

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de