Australie: Great Ocean Road

Trop de beauté! (et comme Marc Labrèche, je m'évanouis)

Une journée je suis partie en excursion sur la Great Ocean Road. Cette route est réputée comme étant l’une des plus belles routes du monde (sinon la plussssss belle). Comme son nom l’indique, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que c’est une route, qu’elle longe l’océan et qu’elle est totalement great!

Toutefois, le temps était plutôt à chier ce jour-là et les averses et éclaircies alternaient rapidement. Quand même, quelle superbe journée! On est partis en bus de Melbourne le matin et on est revenus le soir. On a fait 1001 stops en cours de route. Le chauffeur était super intéressant et tout le long il nous racontait plein de trucs historiques et d’anecdotes. On a aussi regardé deux documentaires dans le bus. Un sur les beautés de l’État de Victoria et un autre à saveur humoristique sur la ruée vers l’or des années 1800. 

Encore une fois, je dois dire que mes photos ne sont VRAIMENT PAS à la hauteur de la splendeur des sites visités. Elles manquent de vent, de grandiose, de bruit des vagues qui se fracassent sur la pierre, bref, elles manquent d’atmosphère. Voici tout de même le récit de notre parcours.

Sur la route

En route, des champs de canola jaunes ont laissé leur place à des paysages fermiers où vaches et moutons paissaient gaiement dans les prés et les collines, pour eux-mêmes céder leur place à la forêt tempérée. Mais bon, pas facile de capter des belles images de tout ça depuis le bus en marche. 

On a aussi vu une chute, alors on s’est tus. (Un volontaire pour former le duo Ti-Gus et Ti-Mousse 2?) 

La mer

Mais bien sûr, si l’on emprunte cette route, c’est parce qu’elle longe surtout la mer. Aaaaah que c’était beau! Et vous pourrez constater sur les photos à quel point le temps était changeant ce jour-là. Des fois, il y a des gouttes de pluie dans mon objectif et la mer est sombre. Et tout à coup, soleil et ciel bleu rendent au paysage ses couleurs éclatantes. Vous pourrez également voir sur l’une d’elles qu’un temps pareil, ça te scrape une mise en pli, mais pas une bonne humeur.

Premier stop

Notre premier arrêt en chemin, c’était dans un petit village (Anglesea), pour déjeuner. Le point fort de la place : se dégourdir les jambes, boire un café et manger. Bon, comme je ne voudrais pas en vexer les habitants, j’ajouterai qu’il y avait aussi des cacatoès blancs à huppe jaune. 

Parenthèse : Tout en écrivant ces lignes, je me rends compte que dans l’article précédent, j’ai nommé cacatoès les oiseaux blancs rencontrés à St. Kilda. Mais si je les compare avec l’oiseau de la photo suivante (qui en est officiellement un), ils m’apparaissent pas mal différents! Cela dit, les autres oiseaux colorés du même article que j’ai appelés perroquets n’en sont probablement pas non plus. Bref, on ne se fie pas sur moi pour réussir son examen final d’ornithologie! Fin de la parenthèse.

Welcome to Apollo Bay - Paradise by the sea

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la pancarte à l’entrée de la petite ville d’Apollo Bay. Bon, c’est vrai que la plage est jolie (et c’est un endroit très couru pendant l’été), mais ça se pourrait-y qu’il y ait là une petite pointe d’exagération? Coudonc, Labeaume aurait-il un jumeau cosmique australien? Quand même, c’est vrai que c’est plutôt chou.

Les Douze Apôtres: ainsi soit-il!

L’un des paysages les plus emblématiques de l’Australie, c'est celui des Twelves Apostles. Ce sont des formations rocheuses dans la mer qui ont résisté jusqu’ici à l’érosion. Il n’en restait que neuf il y a quelques années, mais leur nombre est passé à sept aujourd’hui (l’histoire ne dit pas si c’est Pierre, Marc ou Judas qui tiennent encore debout). Vous dire comment j’étais excitée à l’idée de les voir! Mais juste quelques minutes avant qu’on y arrive, un gros orage a éclaté. Honnêtement, assise dans le bus, j’ai boudé. Sans retenue.

Heureusement, j’ai dû accumuler un shit load de bon karma dans mes vies antérieures parce que, comme par magie, une éclaircie est survenue à notre arrivée. Puis l’averse est reparti de plus bel à notre départ.

Aussi, tout le long de la route, on trouve des panneaux routiers indiquant des traverses de kangourous. Comme j’en n’ai pas vu un mosus, je voulais faire une joke et prendre une photo d’un des nombreux troupeaux de vaches et de moutons qu’on a croisé en chemin et la publier avec la mention « horde de kangourous sauvages ». Mais surprise! Sur le site des Douze Apôtres, un mignon wallaby s’est pointé le nez.

Malade comme c’est beau, hein??? Le pire, c’est que pour moi le meilleur était à venir… Ah ben j’te cré pas! Ah ben j’te l’dis!

La Loch Ard Gorge

Le site suivant m’a jetée à terre. C’était la Loch Ard Gorge. On y trouve deux rochers particuliers, le Island Archway et le Razorback, ainsi qu’une plage. C’était beau à pleurer. Bouleversant! 

Voici le Island Archway (on n’est pas les seuls à avoir un roché percé, ça a l’air!) et la plage. Ce paysage sauvage où l’océan est déchaîné m’a tiré une larme.

Et voici le Razorback. J’aurais pris mille photos de plus, mais il s’est mis à tomber des cordes.

Le London Bridge

Les deux parties de cette masse rocheuse appelée London Bridge étaient jointes jusqu’en 1990. Mais cette année-là, le centre s’est effondré. Et c’est arrivé juste après le passage d’un jeune couple! Ils sont restés pris sur la portion située dans la mer pendant des heures, sous le soleil tapant, jusqu’à ce qu’ils soient récupérés en hélico. L’événement a fait la nouvelle partout en Australie et dans le mon entier. Ce qui est comique, c’est qu’il se trouve que ce jeune couple était marié, mais chacun de son côté! On a vu plus discret comme adultère…

Bilan australien

Voilà qui termine la partie australienne de ma vadrouille. Je suis repartie de ce pays vraiment contente de mon passage là-bas. Parce qu’en peu de temps, j’ai réussi à me plonger dans des atmosphères très différentes les unes des autres. La vie tranquille et agréable de Brisbane. Le côté cool et festif de Byron Bay. L’ambiance hippie un peu glauque de Nimbin. La cosmopolite et bouillonnante Melbourne. Le bouleversant côté sauvage de la Great Ocean Road.

Aussi, j’ai pu y contempler des panoramas très variés, j’y ai fait de belles rencontres et vécu des expériences nouvelles. Comme prendre un koala dans mes bras, faire de la luge sur dunes, faire du snorkelling, payer 28$ un paquet de smokes… 

Bref, mission accomplie!

Pour ce qui est de comprendre l’accent du coin, je dois dire que je m’en suis bien sortie, même si je ne comprenais pas toujours tout. Mais rien à comparer avec mon incompréhension quasi-totale de ce que me racontaient les Écossais lors de ma visite là-bas en 2013! Par contre, quand mes amis de Melbourne se mettaient à discuter ensemble en slang aussie, j’étais alors complètement perdue.

Caféine et pixels

Et puis je repars avec un nouveau dicton : un flat white par jour éloigne la grisaille pour toujours. Ah que le café est bon là-bas! Les Australiens (surtout à Melbourne) en sont des adeptes finis. Tellement que, à ce que racontait mon guide du Walking Tour, Starbuck s’y est implanté en force, pensant y trouver un marché immense. Mais les gens du coin étant très attachés à leurs petits cafés locaux, après quelques temps, la chaîne a dû fermer 80 % de ses franchises. Chapeau, Australiens!

Finalement, pour voir tout plein de photos et de vidéos de plus sur l’Australie, il faut passer sur mon site Instagram!

Itinéraire de vadrouille: mise à jour

Au moment où il a été décidé que je rejoindrais ma mère en Thaïlande en novembre, je m’étais dit que la logique voulait qu’après notre séparation, j’en profite pour aller au Laos et au Cambodge, par voie terrestre, avant d’aller en Inde (ou pas). 

Seulement, la logique peut aller se rhabiller! Parce que j’ai trop hâte de retourner en Inde. En plus, j’ai trouvé un vol à 100$ qui m’amènera directement de Bangkok à Kochi, dans le Kerala. Et ça se passera le 7 décembre prochain.

Mon itinéraire modifié donne ceci :

Bali du 19 septembre au 17 octobre

Népal du 17 octobre au 8 novembre

Thaïlande du 8 novembre au 7 décembre

Inde du Sud du 7 décembre à mars (?)

Laos-Cambodge en mars (?)

Vietnam en avril-mai

Retour à Montréal fin mai

Et maintenant?

La suite de mes aventures se déroulera à Bali. Pour être honnête, j’ai tenté d’écourter mon deuxième séjour à Bali pour passer plus de temps au Népal. Mais comme le prix du changement de date de vol était vraiment prohibitif, je me suis résignée à m’en tenir à mon plan initial. 

Pas de panique! Après tout, je suis très excitée de visiter Ubud et Munduk, dans les terres intérieures. Et puis je pourrai en profiter pour aller voir des dauphins à Lovina et pour refaire du snorkelling. 

Alors cap sur Bali!

2
Laissez un commentaire!

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Isabelle en vadrouilleMarie-Claude Dufour Recent comment authors
  Je m'abonne!  
le plus récent le plus ancien
Être informé de
Marie-Claude Dufour
Invité
Marie-Claude Dufour

C’est beeaaaauuuuuu!

Mais! Ton titre dit que tu t’es évanouie… mais t’en parles pas? Qu’est-ce qui s’est passé? T’es correcte?