Bali: Munduk et re-Canggu

Munduk

J’étais super excitée de visiter Munduk, un village perché dans les montagnes. On y trouve aussi des plantations de café et d’épices, des rizières. Je me faisais une joie d’aller y gambader et de, peut-être, y trouver un peu de fraîcheur. 

Mais mon plan ne s’est pas passé comme prévu. D’abord, mon coup de soleil de snorkeling en était à sa phase de pleumage. Tel un serpent, j’y ai fait peau neuve. C’était d’ailleurs un peu dégueulasse! (Isabelle D-H, si tu lis ceci, sache que j’ai pensé à toi. Parce que je me faisais penser à Reese, dans Malcolm in the Middle, dans l’épisode où il se promène partout en traînant sa peau pleumée parce qu’il s’est donné le défi de la détacher en un seul morceau! Hahaha! Bisou!) 

Mais surtout, j’y suis arrivée dans une phase un peu bof, avec un petit nuage gris au-dessus de la tête (ou plutôt dedans : les joies du SPM!). J’y ai quand même passé un bon moment, mais tout doucement. J’avais choisi un bel hôtel avec vue et je m’en suis mis plein les yeux. Et puis la bouffe du resto de l’hôtel était vraiment excellente. J’ai donc passé presque tout mon temps sur mon balcon, à regarder le jardin, ou au resto de l’hôtel, à contempler les montagnes.

Et cela fait pas mal le tour de mon expérience de Munduk! Ma destination suivante, la dernière à Bali, ce sera Canggu. J’avais tellement aimé mon séjour là-bas en juillet dernier que j’avais juste envie d’y retourner pour la grande finale de mes aventures balinaises.

Réflexion de banquette arrière

Assise dans la voiture qui me menait de Munduk à Canggu, je réfléchissais. J’étais partie depuis plus de trois mois et les paysages qui défilaient devant mes yeux ne m’allumaient plus. Encore une rizière, encore un temple… Je sais que cela a quelque chose d’ingrat de dire ça, mais je me disais que de Bali, j’avais fait le tour. Et que je n’avais pas l’intention d’y revenir. Et je me suis prise à rêvasser…

Je me réveillais tout à coup dans un shack perdu dans la vallée de la Jacques-Cartier. L’automne était là, avec ses couleurs. Pour réchauffer mon logis, je partais le poêle à bois. Ça sentait bon. Je me suis fait du café. Mon gros matou était avec moi. Je me suis assise dehors sur la véranda. D’une main, je caressais mon poilu et de l’autre, je tenais ma tasse fumante. Devant moi, une rivière. Plus tard, j’allais marcher dans les sentiers des alentours, faisant craquer les feuilles et les aiguilles de pin sous mes pas. Et à la nuit tombée, enveloppée dans une couverture épaisse, j’allais observer les étoiles, bercée par le ronron de mon chat. Un doux rêve…

Bref, il est plus que temps que je parte pour le Népal!

Canggu perdue et retrouvée

Pour mon retour à Canggu, du 10 au 17 octobre, j’avais réservé au même endroit que la dernière fois. Parce que mon gîte était parfait, avec une piscine, un bon resto, une chambre confortable avec frigo et situé près de la plage. J’étais bien contente d’y revenir. En plus, à mon arrivée, quand j’ai demandé au personnel de l’hôtel le chemin de l’épicerie la plus proche, l’homme qui m’a répondue m’a offert de m’y conduire! Et il m’y a attendue, le temps que je fasse mes courses. La gentillesse balinaise!

Puis je suis allée à la plage. Et tout ce que j’avais adoré de cet endroit était là : les chiens et les enfants qui jouent, les surfeurs, les bean bags et surtout, les furieuses vagues. Alors je me suis immédiatement réconciliée avec le désir d’être à Bali. 

Ma dernière semaine ici a été formidable. Le jour, j’ai mis les bouchées doubles pour me mettre à jour dans mes textes et me préparer pour le Népal (lessive, tri des bagages, réservation d’hôtel à Katmandou…). Et vers 16h, je partais à la plage jusqu’au coucher du soleil. À chaque fois, le spectacle des vagues m’a jetée à terre. Jamais je n’oublierai le feeling excitant et un tantinet inquiétant de contempler la puissance de l’océan. Et je n’aurais pas pu trouver mieux comme endroit où passer ma dernière semaine en Indonésie.

En terminant, il était tu bon, le but d’Alain Côté?

Bilan indonésien

J’aurai passé trois mois en Indonésie, dont plus de deux à Bali. C’était peut-être trop. Autant j’étais enthousiaste au départ de découvrir ce pays, autant à la fin je m’en étais lassée. Je sais que c’est terrible à dire! C’est peut-être dû au fait que je suis partie depuis un bon moment déjà. Je ne sais pas. Il n’en demeure pas moins que c’est ce que je ressens. Et c’est la première fois de ma vadrouille que je repars de quelque part sans avoir l’envie d’y revenir (à l’exception de Canggu, peut-être).

N’empêche, je repars d’ici avec un bagage de beaux souvenirs. Par exemple, j’ai apprécié l’amabilité des Indonésiens. Parce que je m’y suis toujours sentie bien accueillie, soutenue et en sécurité. J’y ai aussi vu des paysages et des temples superbes. Et la culture balinaise est aussi riche qu’intéressante. Et puis j’y ai fait de belles rencontres, dont certaines avec lesquelles je garderai contact. Finalement, si je devais accorder trois coups de cœur à mon séjour, je dirais :

3- Ubud, pour son côté culturel et sa bonne bouffe.

2- Pulau Menjangan, pour le snorkeling.

1- Canggu, pour ses vagues hallucinantes.

Avec une mention spéciale à Amed, pour sa vibe sans prétention et ses nuits étoilées.

Cap sur l'Himalaya!

Je ne me peux plus à l’idée de partir au Népal! Cela tombe bien : j’y serai du 17 octobre au 8 novembre prochains. En attendant des nouvelles de là-bas, vous trouverez ici ma page sur ce pays et un article sur mes préparatifs et attentes à son sujet.

Et après le Népal, ce sera le temps de retrouver ma petit maman en Thaïlande! 

À bientôss, amigos! xxx

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de