Les chroniques de Pushkar 1

Chronique de Pushkar 1

Je suis à Pushkar depuis six semaines maintenant. Et je me disais qu’il se pourrait bien que mes articles deviennent plus courts avec le temps, faute de nouveautés à partager, si je reste ici. Après tout, je vous ai déjà raconté ce qui fait mon bonheur ici. Et je ne vais pas vous radoter jusqu’en mars que je dessine des mandalas!

Enfin c’est ce que je me disais, mais finalement, il arrive toujours quelque chose et j’ai encore plein de trucs à raconter. Mais cette fois, quand même, je serai trèèès brève. Pas par manque de sujets, mais parce que j’ai été prise par autre chose. Alors je me suis un peu dépêchée de rédiger ce court texte à temps pour la tombée de mon infolettre.

D’ailleurs, saviez-vous que vous pouvez vous abonner à ce site et recevoir une infolettre hebdomadaire vous informant des nouveaux articles qui y sont publiés? Très facile! Pour vous inscrire, vous n’avez qu’à indiquer votre nom et votre courriel à l’endroit approprié, au bas de cette page.

Des nouvelles de Balconville

J’étais assise à ma table de travail, à la brunante, quand j’ai remarqué la silhouette ombragée d’un oiseau jamais vu auparavant dans mes arbres. Alors en silence, j’ai ouvert la porte du balcon, caméra en main, pour croquer sur le vif cet hurluberlu. Surprise! C’était une petite chouette toute chouette. Mademoiselle était bien insultée du coup du flash et elle s’est tout de suite envolée. J’espère qu’elle me pardonnera mon affront et qu’elle repassera par ici un de ces jours.

Et j’ai enfin réussi à prendre une photo potable de ce charmant petit colibri.

Et puis voici quelques autres belles visites reçues à Balconville cette semaine.

Ma planète des singes

Les singes reviennent souvent sur le terrain de mon gîte. Ils se tiennent en bandes. Ils font tout un vacarme quand ils se jettent de branche en branche dans les arbres (vidéo ici). Quand je les entends, je deviens tout énervée et je me tiens sur le balcon pour ne rien manquer.

Et ça me jette à terre à chaque fois. D’une part parce que juste l’idée d’avoir des singes sur son balcon, c’est trop fou!!!

Et d’autre part parce qu’ils sont tellement agiles dans leurs déplacements, sautant d’un endroit à l’autre sans effort et sans peur. J’envie leur légèreté enjouée, leur liberté totale de mouvement. Et puis ils sont tellement beaux, ces singes au visage noir!

Il y a aussi une autre sorte de singes qui vient depuis quelques jours. Plus agressifs, ceux-là. Dès qu’il m’a aperçue, un gros mâle m’a fait des gros yeux en prenant une position menaçante. Et avouez qu’il n’a pas l’air commode, avec son œil aveugle!

Ils sont moins beaux, aussi, je trouve. Quoi que tellement plus sexy, avec leurs belles fesses rouges. Garam!

Dieux des hauteurs

Parmi les dieux hindous les plus vénérés, il y a Hanuman, le dieu-singe. Les singes sont donc respectés ici et se promènent où ils le veulent à Pushkar. Depuis mon balcon, je les observe grimper sur les immeubles de la ville tout autour. Et il y en a toujours un jouqué quelque part en hauteur. C’est devenu comme un jeu pour moi de les repérer.

Et puis ils font des maudites belles photos! D’ailleurs, comment résister à ce gros singe méditatif se tenant les orteils?

P'tite vite

Voilà, c’est déjà tout pour cette fois-ci. J’avais bien dit que ce serait bref! Mais je vous reviens bientôt avec plus de nouvelles (et des articles avec plus de viande sur l’os).

À bientôt alors!

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de