Les chroniques de Pushkar 2

Coupable de bonheur

Je le répète : j’adore ma vie pushkarienne. N’empêche, je suis ici depuis le 26 décembre. Ça commence à faire un bail! Alors je me suis levée le matin du 11 février 2018 avec la tête en point d’interrogation.

Est-ce que de rester ici plus longtemps n’est pas choisir la facilité? Parce que je connais les lieux, les gens, la nourriture. Parce que je mène une vie douce, sans challenge, familière.

Alors est-ce que je ne devrais pas refaire mon sac et repartir à l’aventure? Et puis partir vers où? Ailleurs en Inde, au Laos comme prévu?

En même temps, je n’ai pas passé plus d’une semaine au même endroit pendant 6 mois! C’est donc normal que j’aie envie de me poser quelque part quelque temps…

Bref, dans mes oreilles, j’entendais les Clash dans le tapis : Should I stay or should I go?

Jusqu’à ce que je réalise que j’étais juste en train de me sentir coupable de trop de bien-être! Fait que dehors, la culpabilité! Je resterai ici jusqu’à ce que je sois prête à en partir, un point c’est tout.

Et puisqu’on est dans le thème de la culpabilité, aussi bien vous dire que mon article sera encore cette semaine très court. Mea maxima culpa! (ou pas!) 😉

Des nouvelles de Balconville

Le temps change tranquillement à Pushkar. La météo se réchauffe, quelques nuages apparaissent certains jours. Pas de pluie, mais quelques nuées d’insectes commencent à se pointer. Et les petits lézards réapparaissent.

De mon côté, je mène toujours une vie paisible et enrichissante ici. Je ris beaucoup, je réfléchis beaucoup, je me remplis les yeux de couleurs et de beau. Et parlant de beauté, je vous laisse sur quelques photos de mes petits visiteurs de cette semaine.

À bientôt!

Laissez un commentaire!

avatar
  Je m'abonne!  
Être informé de