Bhagsu (ou délire à la chute)

Porte ouverte sur la vie

Les jours passent tellement trop vite!!! L’idée de donner mon passeport à chiquer à une vache est de plus en plus présente. D’ailleurs, quelqu’un a des contacts dans le monde interlope indien pour organiser la vente d’un passeport canadien? Hahaha! Sans blague, je rentrerai bien sûr sagement à la maison le 29 avril (pour y fomenter un nouveau plan de départ!).

Si mes jours passent beaucoup trop vite, c’est en partie parce que, tous les matins, je prends place dans cette chaise de plastique (métamorphosée en fauteuil de luxe grâce à deux oreillers et une couverture), avec mon café, pour écrire. Quand le temps est doux, j’ouvre la porte du balcon et je me retrouve soudain en pleine nature, l'oreille bercée par le chant des oiseaux.

Au jour, le jour

Ma journée peut se passer comme ça. En partie à travailler à mon bureau. En partie sur le balcon à contempler les arbres, oiseaux, papillons, chiens, vaches, tous ceux-là. En partie à lire, dessiner, écouter de la musique, danser, tout ça.

Puis le lendemain, je pars en expédition. Vers McLeod Ganj, pour un bain de foule, de stress et pour faire quelques courses. Vers Lower Bhagsu, pour manger des pickles et un parantha délicieux et pour acheter des bananes. Vers les sentiers magiques d’Upper Bhagsu, pour m’extasier devant la nature. Vers Dharamkot, le village d’à côté…

Ensuite, il faut un jour ou deux de repos à mes articulations! Alors je relaxe (bou-hou-hou). Voilà pour ma routine de poule en liberté.

Cette semaine, partons en expédition vers la chute de Bhagsu. Mais avant de sauter dans vos running...

Bizarre, bizarre...

Quelque chose de très étrange m’est arrivé hier (4 avril)… 

Je vais commander quelque chose au resto du gîte. Un gars me salue.

Are you Isabelle? 

– Euh… Yes. Why?

–  Alors tu parles français?

–  Mais oui…

–  Je suis ici parce que j’ai lu ton blog.

–  … Hein, quoi?!? Malade!!! Tu m’as trouvée par hasard sur le web?

–  Ouais, je cherchais sur Bhagsu et puis… voilà. J’ai bien pensé que je finirais par te croiser.

On s’est quittés sur une promesse de chai

Mais vous dire à quel point cet événement m’a jetée à terre! Un lecteur inconnu, ici, live à Bhagsu, avec qui je ferai bientôt connaissance. C’est fou raide. Agréable! Mais très étrange…

Mais comme vous pourrez le constater en lisant les prochaines lignes, tout cet article est un peu bizarre. Quelque chose dans l'air de Bhagsu, je ne sais pas...

Avez-vous enfilé vos espadrilles? Partons!

Une chute qui se tait

En parcourant le sentier sinueux dans les montagnes pour me rendre à la chute de Bhagsu, je me doutais un peu que celle-ci serait décevante. Après tout, la mousson n’est pas encore là pour lui donner du corps (elle arrive en juin dans le coin). Mais si j’y suis allée quand même, honnêtement, c’est parce que je pouvais tricher!

C’est qu’il faut être motivé en mosus pour partir de Lower Bhagsu et emprunter le chemin officiel se rendant à la chute. Sauf qu’avec mon gîte à Upper Bhagsu, moi, je suis déjà rendue presque à sa hauteur. Et un sentier non officiel passe même devant le gîte pour la rejoindre. Une quinzaine de minutes de marche et peu d’effort : mon genre de défi sportif!

Donc, je suis partie en expédition à la chute en pensant être déçue. Est-ce que j’ai été déçue? Tellement pas! Alors la chute valait le détour? Nope! Elle était jolie, mais bel et bien minimale. Mais je m’y attendais déjà, donc pas de déception là. Sauf que la chute, c’est bien la seule chose, tout le long de ce parcours, qui ait été conforme à mes attentes, c’est-à-dire : so, so! C’est pourquoi, pour parcourir un trajet qui aurait pu me prendre une demi-heure aller-retour, je me suis attardée pendant des heures, à flâner.

Avertissement: délire droit devant!

Je ne sais pas trop ce qui s’est passé ce jour-là. Est-ce que j’ai (encore!) posé le pied sur un portoloin sans m’en apercevoir? En tout cas, je marchais sur le sentier depuis une minute ou deux et, tout à coup, je crois que j’ai basculé dans un monde parallèle. Un monde fantastique, sublime, avec des créatures magiques. J’étais pourtant loin de Saint-Élie-de-Caxton! Mais je pense que je suis tombée en Féérie…

Parce qu’en partant, j’ai croisé un sasquatch!

Un peu plus tard, quand je lui ai demandé s’il portait des lunettes, un magnifique papillon m’a tiré la langue.

Et puis j’ai découvert que les fées existent pour vrai… Ça m’a virée à l’envers. Pas vous?

Paysage de la Féérie

Le paysage du pays fantastique est superbe, surplombant une vallée. En plus, les montagnes sont taillées dans un type de roche sédimentaire qui brille tel de l’argent liquide devant le soleil (pour lui témoigner son appréciation pour la chaleur, j’imagine).

Et ce qui semble être un tout mince filet de chute est en fait une source de vie magique suffisante pour alimenter toute la vallée féérique, et ce jusqu’à la frontière voisine, l’Utopie boréale.

Végétation de la Féérie

La végétation, là-bas, est composée de plusieurs variétés de plantes-soldats armées de ronces pour défendre le territoire féérique contre la banalité des jours.

On y trouve aussi d’adorables petites fleurs montagnardes sauvages partout. Par leur touchante beauté, elles ne manquent pas de ragaillardir le cœur du las voyageur sillonnant les routes du pays.

Et puis il y a cette fleur blanche et rosée, victime d’un enchantement qui rend son arome si attirant que tous les insectes du pays viennent s’y soûler.

Habitants de la Féérie

En plus des sasquatch, des papillons grimaceurs et des fées, d’autres créatures magnifiques habitent le pays. Par exemple, j’y ai croisé une belle licorne transportant sur son dos de précieuses réserves de nectar d’Olympe. (Tut-tut-tut, les sceptiques! Si vous ne voyez pas la splendide corne d’or torsadée sur la photo, c’est que… Il fallait être là!)

Et tout près de la chute habitent Shiva, Hanuman et Bouddha (au beau Shiva Cafe), dans un paysage ayant un petit air népalais.

Quant à moi, les passants m’ont arrêtée sans cesse pour me prendre en photo (comme la famille de puissants mages punjabi ci-dessous). C’est que, voyez-vous, ici en Féérie, les gens peuvent percevoir ma part de merveilleux à travers l’écran de fumée de ma simple humanité. (Bien quoi? C’est mon délire, après tout!)

Expelliarmus!

Oups! On vient de me prendre ma baguette magique, alors assez déliré pour cette semaine.

Mais avant de partir…

D’abord, à propos du sasquatch, et bien... C’était juste un singe. (Ah bon, vous le saviez?!) En fait ce que je voulais vous dire, c’est que de croiser ce grand gaillard blanc ici, c’était une mosus de surprise! Et pas juste parce que c’était un crisse de gros singe! On aurait dit un gorille albinos... D’ailleurs après l’avoir vu, j’ai hésité à rebrousser chemin. J’ai pris un bâton, plutôt (et mon courage à deux mains!).

Mais surtout, ce qui m’étonne avec cette rencontre, c’est que les seuls singes que j’aie vus aux alentours avant (ou depuis) se trouvaient loin d’ici, sur la route. Et ils étaient brun-roux. Et puis avez-vous remarqué sa belle fourrure épaisse? Bref, je disais cela pour rigoler, mais je reste avec, dans mon cœur, l’impression d’avoir, en quelque sorte, croisé le yéti!

Delhi, c’est non.

Ce que je voulais dire aussi, c’est que j’ai pris la décision de ne pas retourner à Delhi en tant que tel. À l’origine, je pensais m’y rendre en bus une ou 2 nuits avant mon vol de retour et en profiter pour y revoir Avinash (mon sauveur de Hampi, une aventure que vous pouvez lire ici). Plutôt, j’ai choisi de réserver un vol Dharamsala-Delhi pour le jour du départ. J’arriverai donc à l’aéroport Indira Gandhi le 28 avril vers 18h et y attendrai directement là-bas mon vol suivant, prévu à 3h du matin le 29.

De cette façon, je pourrai profiter jusqu’au dernier moment de ma Bhagsu et de ses montagnes pleines de vie. (Et peut-être qu’entre temps, je débusquerai la grotte, bien dissimulée, parfaite pour que je m’y terre en ermite pour les vingt prochaines années. Parce que cela se peut, une grotte avec du wifi, non?)

La semaine prochaine, je vous emmènerai en balade du côté de Dharamsala (McLeod Ganj). Ou ailleurs!

Stay tuned…

5
Laissez un commentaire!

avatar
2 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
DanielleIsabelle en vadrouilleGilles Recent comment authors
  Je m'abonne!  
le plus récent le plus ancien
Être informé de
Gilles
Invité
Gilles

Bonjour Isabelle, simple mot pour te dire a quel point j’ai aimé suivre ton avanture. Tu me fait rêvé et voyagé par proxy. Tu sais exactement quoi dire, pas trop mais suffisament pour vraiment se sentir parti de ton voyage. J’ai bien hâte de te retrouver au bureau pour en savoir plus long. Profite bien de ces derniers instants pour cette fois-ci car je sens que tu vas y retourner. Tes photos sont sublime et j’admire ton ouverture et courage dans cette découverte d’une autre culture/pays/peuple… Félicitations et à plus tard…

Danielle
Invité
Danielle

Wow Isabelle, j’adore ta fée, elle est magnifique!!! Moi aussi, j’y crois à la magie 🙂 Tes photos sont sublimes et m’ont vraiment donné le goût de te rejoindre dans ce coin de la planète, peut-être dans une grotte près de la [email protected]@@ Merci de me faire rêver, ça fait tellement de bien. Je te souhaite tout plein d’autres découvertes!!!